24.12.11

Echoes Of Silence






Il y a trois jours est sorti la dernière mixtape de The Weeknd en téléchargement légal mais également gratuit !
Et vous n'avez pas le droit de passer à côté, c'est tellement enivrant, d'une telle beauté que se serait considérée comme un délit de ne pas l'avoir avec soi. Je viendrais vérifier fait attention.
Avec notamment une reprise de Dirty Diana ,de nôtre regretté King Of Pop, frissonnante.  

On s'excuse aussi pour le manque de publication ces derniers temps, on va vite se rattraper, noël approche, on va pas vous abandonner. 

We'll be back la famille !



26.11.11

Hécatombe du vieux de la vieille





Today was a good day, enfin c'est ce qu'on m'a dit. Une petite playlist, histoire de se chauffer tranquillement sous ce froid intergalactique. C'est vraiment monotone l'automne (rime riche hahaha).
Au nom du père, de la famille et des amis, très bon samedi.

Enjoy !


Tout d'abord, une petite session des nineteens, ça tapait et c'est toujours bon de réécouter des sons de cette trempe.

*
*
*
*
*
*

Et puis autant rester dans ce qui tape maintenant également !

*
*

*

*


25.11.11

Yuksek





Lorsque l'auteur de On a Train, Tonight et Extraball débarque dans ta ville, c'est quasiment un délit si tu ne t'y rends pas.
Nous on était là, et on à même pu lui poser quelques questions.
Yuksek avec S.A, c'est juste en dessous.


Saloperie Anonyme : Pour commencer, petite présentation express obligatoire?
 Yuksek : Alors, je suis Yuksek et c'est déjà pas mal comme présentation (Rires).

SA : On sait déjà qu'il ne faut pas te demander la provenance de ton nom.
Y : C'est vrai, il faut éviter de me demander de me présenter et de définir mon nom, sinonYuksek ? Bah je fais de la musique, je ne m'appel pas Yuksek mais je joue de la musique sous ce nom là, et c'est pas mal non ?

SA : C'est pas mal ! (Rires). Alors, tu as fait 10 ans de consevatoire, de piano notamment. A la base, envisageais-tu réellement devenir pianiste ?
 Y : Non pas vraiment à cet age là, je devais avoir 6 ou 7 ans.

SA : C'est plus tes parents qui t'y ont poussés ?
Y :  Oui concrètement. Après j'y suis resté longtemps donc j'avais envie de rester, mais cela m'a soulé par la suite.

SA : Est-ce que le conservatoire t'a servi de base pour ton travail et tes productions ?
Y :  Je crois pas vraiment, enfin peut-être je sais pas trop. Mais ça aide à trouver vite des accords qui vont ensemble. Mais quelqu'un qui a une oreille musicale et qui n'a pas fait d'études peut y arriver. Donc non je pense pas que ça m'ait particulièrement servit, mis à part quelques fois.

SA : A partir de quel moment t'es tu dis je vais faire de la musique électronique ? Un déclic ? Un artiste ?
Y : Non, non, pas particulièrement. Je pense que c'est à la fois la drogue et les raves party, ainsi que les synthé (Rires). C'est l'instrument qui m'a marqué, et pas forcément dans l'électro. Par exemple, quand je voyais les Doors ça me faisait bizarre qu'il y ait un mec qui joue des basses au clavier, je trouvais ça marrant. C'est l'ensemble de tout ça, le rap aussi.

SA : Te considères-tu comme autodidacte ?
Y : Non, enfin pour l’électronique comme pour les productions si, j'ai appris ça tout seul. Mais pour la musique non car j'ai fait le conservatoire. Mais je ne connais pas beaucoup de personnes qui ont été dans des écoles pour faire des sons.


SA : Des groupes de référence ?
Y : Et bien, en France, à l'époque, il n'y avait pas tellement de groupes références dans l'électro. C'était des mecs comme Laurent Garnier et son label « Fcommunication » qui amenaient cet élan de techno et de house américaine en France et qui avaient des grosses soirées au REX alors qu'il n'y en avait pas avant. Les raves party n'était pas en mode "dégueulasses" comme maintenant, il n'y avait pas ce coté « défonce pour la défonse ».

SA : Tes débuts ? Tu as commencé à faire des dates assez vite ? T'y attendais tu ?
Y : Non, mais j'ai eu quelques trucs avant, j'ai fait des choses plus énervés. J'ai eu des projets avant Yuksek, avec « Clément » notamment (la personne la plus proche musicalement de Yuksek, il participe à la tournée, il partage son studio avec lui a Reims), plus pop.

SA : Tu participes aux indisciplinés ce weekend ?
Y : Oui c'est ça. Et en même temps demain, je joue à Poitiers puis à La Rochelle juste avant. 

SA : Ton premier album était plus électro que le nouveau, plus dancefloor. Est-ce un choix de partir sur un album plus pop ? Une évolution ?
Y : Ça s'est fait comme ça se fait. Enfin oui, j'avais envie de me mettre plus en avant que sur le premier disque qui était plus un album de producteur avec beaucoup de featuring avec des voix vocodées. Et sur Living On The Edge Of Time (le nouveau), je voulais poser ma propre voix, par rapport à la voix que j'ai et mes envies, on va dire que c'était plus approprié. Mais le virage était déjà fait depuis deux ans et demi avec mon dernier album ou j'aurais très bien pu mettre des sons de Away From the Sea dans le nouvel album.

SA : on a vu dans un reportage sur M6, qu'on te comparait à un musicien surdoué, qu'en penses tu ?
Y : Je trouve ça surévalué ! Je suis plutôt un mauvais musicien, c'est à dire que je ne joue plus vraiment de piano, je joue assez mal de la basse, je joue très mal de la guitare. Je suis juste bon pour écrire des chansons ainsi que pour les arranger. Mais je ne pense pas qu'il y ait de virtuosité la dedans, ce serait démesuré. Après, évaluer sa musique c'est difficile parce que les gens ont des avis différents. Tu ne peux pas être objectif sur ta musique, c'est impossible !
Par exemple, sur le premier album, quand la maison de disque m'a dit qu'on allait faire comme premier single Tonight , j'étais là, à dire « Mais vous êtes sûr ? Ça passera jamais à la radio ! Tout le monde s'en fout, c'est violent, il n'y a pas de chanson. », et en fait je pense qu'ils entendaient un truc que moi je n'entendais pas, et c'est le talent de ces gens là.

SA : Tu es pas mal en collaboration, avec Brodinski et The Magician notamment . Maintenant que ton album est sorti, vas-tu plus te concentrer sur des collaboration ?
Y : Oui, pour les collaborations, puis des productions pour d'autres personnes.

SA : Il y a des Ep prêts à sortir ? 
Y : Oui ! Il y a des morceaux qui sont prêts à sortir. Pour The Krays (avec brodinski), le morceau n'est pas encore sorti. On a du mal à se voir, il joue beaucoup, moi aussi, mais ça va se faire prochainement. Mais il y a des trucs en route !
Mais pour finir sur les collaborations, c'est que je n'ai plus envie de faire de musique DJ seul, j'ai envie de faire des chansons plus personnelles, mais ce qui est cool avec les collaborations, c'est justement que ça me permet de revenir aux sources, de faire des morceaux simples et rapides, et que je prend moins de plaisir à réaliser tout seul.

SA : Un dernier mot pour la fin ? Ce qui te passe par la tête ?
Y : Bah écoute...j'ai pas spécialement bien manger ce soir (Rires)
 SA : il y a un mcdo' à 300 mètres ! (Rires)

Y : En tout cas, je tiens à vous remercier pour la bouteille de vin et je vous souhaite une bonne continuation pour la suite.
SA : Merci à toi, c'était cool, et bon live !


15.11.11

Hécatombe des Pins.





On a enchaîné des interviews ces derniers temps, mais on a pas oublier nos petites playlists. Vous y avez cru hein ? Hahaha
Une nouvelle hécatombe aujourd'hui avec deux artistes mise en avant.
Enjoy le peuple démocrate !

*
*
*
*

Je vais vous parler maintenant de deux artistes dont j'ai découvert l'album et en même temps le talent.
Le premier est SBTRKT, ou autrement prononcé Subtrack, le londonien à trouver le moyen de réunir divers genres, divers styles dans un chef d'oeuvre. Une musique langoureuse, sous fond de dubstep avec des voix enivrantes. Un album vraiment à posséder tellement le voyage est agréable.

*
*
*

Le deuxième artiste est un jeune monsieur signé chez le label de Flying Lotus. Rustie de son nickname, vient de Glasgow et son son tabasse fort. Son dernier album, Glass Swords, vient de sortir et je vous jure, pour les amateurs ou pas du genre, vous allez aimer l'avoir avec vous.

*
*
*





14.11.11

Baadman




Vendredi dernier, c'était l'espace avec Etienne de Crécy mais également Baadman.

On a pu le chopper avant son set et l'interviewer.

On vous fait découvrir tout ça maintenant.


Saloperie Anonyme : Bon baadman, petite présentation !
Baadman : Alors je m'appelle Arthur, j'habite à Caen, je mixe depuis trois ans, je produis depuis un an...et voilà !

SA : Tu es tombé dans l'électro très jeune, rappelle nous ton age ?
B : Actuellement j'ai 16 ans...

SA : Raconte nous le contexte.
B : J'ai commencé à 13 ans. C'était à une réunion de famille, une soirée banale où il y avait Don Rimini en fait. C'était le frère du meilleur ami de mon père. Donc à la base il n'était pas super connu, mais j'ai écouté des morceaux qu'il jouait à cette soirée-là. Et c'est vraiment à partir de ce moment que j'ai commencé à prendre goût à l'électro.

SA : C'est une véritable rencontre quoi ?
B : Oui c'est ça en fait.

SA : Tu as discuté avec lui et il t'a donné envie de faire de la musique.
B : Oui oui c'est vraiment ça, alors qu'il n'était pas encore connu !

SA : Donc, tes débuts, tu as plutôt eu une approche autodidacte ?
B : Tout à fait. Au début j'ai été vers les 3 ou 4 blogs que Don Rimini m'a filé et après, j'ai eu mes premières platines donc du coup j'ai fait mes premières mixtape. J'avais, genre un skyblog, enfin tous les trucs comme ça à la con, et puis voilà c'était parti quoi ! Après j'ai rencontré des amis sur Caen, avec qui on a monté un collectif qui s’appelait  Avalon . On a essayé d'organiser des soirées sur Caen, ça a pas trop marché, on s'est fait aider par d'autres collectifs de Caen et là on a commencé à monter. On avait fait  Stereoheroes  par exemple, c'était en 2009. Ensuite mon manager m'a repéré et c'est monté progressivement avec Brest, Rennes.

SA : Du coup, ça fait combien de temps que tu es sur le label ?
B : C'est plus un collectif qu'un label en fait. Il y a également les Supertrasher  sur ce collectif et ça fait un an environ.

SA : Et justement, le fait que tu es 16 ans suppose que tu ais une vie scolaire à coté, ce n’est pas trop dur à gérer ?
B : Oui, assez en fait ! J'ai pas mal de compromis avec mes parents, c'est à dire que j'ai le droit à une date par mois.

SA : Tu es en quelle classe en fait ?
B : Je suis en première Littéraire.

SA : Ça va ? Ça se passe bien ?
B : Oui c'est cool ! (Rires)



SA : D'accord, sinon, la Bretagne, tu as déjà fait quelques dates ?
B : Oui oui ! A Brest, à Morlaix, mais encore jamais sur Rennes. Pour l’anecdote, ma première soirée à Brest, donc à « Astropolis » c'était avec Don Rimini. Ensuite j'ai fait avec Surkin et puis tout seul comme un grand !

SA : Don Rimini, un rôle de grand frère ?
B : Pas plus que ça à vrai dire. C'est plus la rencontre qui a été déterminante. On s'est suivi petit à petit et après sa carrière à complètement explosé. Et j'ai plus tellement de contact avec lui, sauf quand je joue en sa compagnie comme à Brest, et là on va rejouer ensemble aux « Transmusicales ».

SA : Si tu pouvais définir ta musique ?
B : Je ne pourrai pas en fait. Je ne pourrai pas, car je joue vraiment de tout...

(Etienne de Crécy interrompt l'interview en testant ces balances)

SA : Ça risque d’être dur... (Rires)
B : C’est sûr, non mais pour revenir à la question, je joue vraiment de tout en fait, en fonction du public, de l'heure à laquelle je passe. Je peux jouer du Dubstep, du Drum and Bass, de la Minimal. C'est vraiment au feeling.

SA : Tu as déjà fait pas mal de scènes importantes (« Astropolis », « Panoramas »...), si tu devais retenir une scène, laquelle qualifierai-tu de la plus enrichissante?
B : Astropolis ! Je suis resté jusqu'à 9h du matin, à écouter Laurent Garnier! Même en tant que spectateur c'était incroyable ! Une des plus belles soirées de ma vie !

SA : Sinon tu as des projets pour bientôt ? Comme un Ep en préparation ?
B : Je suis en train de finir mon Ep, et actuellement je suis à la recherche d'un label pour pouvoir le sortir. Et sinon je continue les productions de temps en temps, mais pas plus que ça. Je préfère jouer que produire, mais j'essaie quand même.

SA : Tu préfères donc faire un DJ set.
B : Oui je préfère vraiment en DJ set, et en CD ! Je ne veux pas avoir  un ordinateur avec 3 touches pour avoir la sensation de mixer. En ce qui concerne le vinyle, je crois que je suis trop jeune, j'ai essayé mais je n’ai pas réussi, trop complexe.

SA : Des prochaines dates à nous communiquer ?
B : Là ça va être les « Transmusicales » en décembre à Rennes, je rejouerai à Brest en Janvier, en février je joue normalement à Blois, et après je ne sais pas on va voir.

SA : Et au fait, question un peu existentielle, pourquoi « Baadman » ?
B : C'est parti d'un délire avec un pote en fait, c'était vraiment pour rigoler, et au début je l'ai gardé parce que je trouvais ça cool, et puis ensuite j'ai voulu changer mais il y avait Astropolis qui arrivait donc. C’est une espèce d'identité, ça me permet de faire un peu le con sur scène, j'adore ça. Mais ce n’est pas lié à une histoire précise.

SA : Si tu devais conseiller quelques musiques par genre ?

        Rap US: Le dernier album de Lil Wayne, The Carter IV
      Rap français: 1995
      Rock: Justice – Newlands




Questions Flashs!


SA: Eric ou Ramzy
B.: Plutôt Eric

SA: Laurence Boccolini ou Valérie Damidot ?
B.: Damidot !

SA: Gainsbourg ou Bashung ?
B.: Gainsbourg

SA: Et on va finir là dessus, t'as plus grosse honte sur scène ?
B.: A une scène avec Toxic Avenger, on était complètement arrachés et on se cassait la gueule tout le temps. Papa, maman désolé.



Dj Prosper.





L'autre jour, on a rencontré l'homme léopard bleu, autrement dit Dj Prosper. lors de son passage à Rennes. Evidemment on était là pour couvrir l’évènement.


L'interview, c'est maintenant sur S.A.


Saloperie Anonyme : Une petite présentation.
Dj Prosper : Je viens d’un endroit où il y a pas forcément beaucoup de dj’, je viens de l’Eure et Loire donc j’ai un peu le monopole du mix.  Plus précisément, je vis dans un petit bled de 300 habitants, mais qui à l’avantage d’être à une heure de Paris. Ce qui fait que j’ai toujours trainé de ce côté mais ça permettait d’avoir mon petit sas tranquille pour faire du son sans faire chier les voisins.  Je suis pas un dj puriste qui fait que des festivals, des lives en club ect. Je fais des soirées d’entreprises, des booms pour les mômes, des mariages. Je diverge beaucoup tout en continuant à me faire énormément plaisir.

S.A : Tes débuts, que peux-tu nous dire là-dessus.
P. : J’ai commencé un peu par le hip-hop , mais ma première claque musicale a été lors des premières sorties de morceaux de ce qu’on appelle le Breakbeat, donc tous les premiers Chemical Brothers, FatBoy Slim, Prodigy et je retrouvais à travers cette musique ce mélange entre le rock et le hip-hop. J’ai donc foncé là-dessus. A l’époque, tous mes potes mixaient de la Trance et je ne supportais pas ça parce que pour moi, si t’étais pas assez déchiré, ce n’était pas chaleureux. Je suis revenu sur ce jugement bien entendu,  je trouvais que le hip-hop mettait une touche plus funky, plutôt ghetto.

S.A : Et concrètement,  ton départ dans la musique électronique.
P. : Je reviens à ce que je disais sur le Breakbeat, c’était déjà un peu de la musique électronique. Ensuite, il y a eu un mouvement nommé le New School Break, un genre anglais, qui ne marchait pas du tout en France, qui mélangeait l’electro au Breakbeat. Après avoir mixé cinq, six ans de ce style-là,  j’ai trouvé que le style s’essoufflait au moment où il y a eu un renouveau de l’électro. Avec également un éclatement du moule électro avec la montée de la tropical où on peut entendre les percussions, le côté chaleureux du genre.   


S.A : Et si tu pouvais donner une définition un peu plus précise de ton son.
P. : La formule que j’utilise à chaque fois, c’est « Tout, mais pas n’importe quoi. ». C’est-à-dire, je brasse la musique des trente dernières années pour que ça ait un minimum de structure.  Je ne vais pas jouer de la musique commerciale mais je vais essayer de jouer des morceaux qui font parler aux gens comme des bootlegs, des remixs.  Je ne suis pas là pour faire un truc trop obscure, faut que les gens s’amuse, faire un truc plus éclectique.

S.A : Comme Jean Jacques Goldman.
P. : Seulement « Quand la musique est bonne » (rires).

S.A : Es-tu autodidacte.
P. : Oui complètement, ce n’est pas facile, mais j’ai appris, dans ma chambre, à caler des disques, à mixer.  A l’époque c’était que des vinyles, avec cinq à six styles différents,  donc le truc c’était de passer l’un à l’autre avec une bonne technique.  Mais par exemple, je n’ai jamais réussi à scratcher. 
J’ai également commencé tout seul pour faire mes morceaux, mes propres sons et après je me suis aperçu  que je me faisais un peu chié tout seul alors j’ai commencé des collaborations avec des potes. Du coup ça m’a permis d’avoir des idées, par exemple, que je n’aurais jamais eu. C’est beaucoup plus sympa.



S .A : Et parmi tes collaborateurs, il y en a qui ont une plus grande notoriété que toi ?
P. : Non c’est moi le plus connu (Rires). Non mais, je bosse beaucoup avec des étrangers, qui sont, eux, connu dans leur pays.  Là par exemple, j’ai un album qui va sortir début de l’année prochaine où il y aura des allemands, des japonais, un suédois, une espagnole, un lituanien  donc ça permet d’avoir une couleur à donner à chaque morceau, cela te permet de voyager.  

S.A : Question un peu ironique,  d’où te vient ce style vestimentaire. 
P. : Bah regarde, juste pour ce soir, j’ai fait les boutiques et j’ai trouvé cette chemise léopard bleu. 
en fait c’est un truc à la con, j’étais classique, sans chemise, sans moustache.. 

(Verre qui tombe)

P. : MAZELTOFF !
J’ai fait une séance photo avec un photographe qui m’a dit « On va te mettre en macro, avec une fourrure, une moustache avec une nana dans tes bras. », je m’en suis donc servit pour faire ma promo.  Après ça, on m’a invité à un festival et quand je suis arrivé à la gare, on m’a dit « Ah c’est toi, t’es quand même plus funky sur les photos. », je me suis rendu compte que cela passait mieux. La musique suffisait plus, il fallait réussir à se différencier avec un style, une image. 
Cela reste quand même une idée que j’ai eu inconsciemment et j’ai remarqué que, à tous les niveaux, ça marchait mieux depuis.


S.A : Ton meilleur souvenir lorsque tu as joué.
P. : Je dirais que c’était y’a pas si longtemps, lors d’un festival ,  les z'éclectiques où j’ai joué juste après Public Enemy où j’étais avec un scratcheur devant 7000 personnes. 

S.A : T’as joué plusieurs fois à Rennes du coup, que penses-tu de notre magnifique ville ?
P. : Moi je préfère Rennes à Montpellier par exemple. J’ai joué à l’Ubu, aux Transmusicales d’ailleurs c’est le seul festival que je m’autorisais pas à louper lorsque je n’étais pas Dj.  Toute la scène que je disais tout à l’heure, Fatboy Slim, Prodigy, c’était ici qui fallait les voir et pas à Paris.

S.A : Qu’est-ce que tu partagerais comme musique.
P. : Les miennes d’abord (Rires), en tout cas, j’aimerai que les lecteurs de cette interview  auront la curiosité de voir ce que je fais. On va faire un groupe par genre alors ?
Inclassable: Hifana (Japonais)

S.A : Et un petit mot pour la fin ?
P. : Si on meurt pas tous en 2012, j’espère que ce sera la paix dans le monde.










8.11.11

Ça tape à Nantes.






On fête l'armistice vendredi et quelle meilleure façon de le fêter en compagnie de gros son dans un lieu mythique.
La soirée We Kick Ass au Colisée de Nantes, ça se passe ce 11 novembre.

Durant cette soirée, nous serons en compagnie de nos marseillais déjantés de StereoHeroes. C'est le genre de dj's qu'on ne présente plus trop. Le groupe s'est fondé en 2004, avec cette motivation et cette envie de faire sauter le public et qu'il garde leur main en l'air pendant leur set. Le résultat ? Ca donne ça.



Avec déjà un Maxi dans les poches et des apparitions sur des Ep d'artistes comme Dirty Disco Youth ou encore GTronic. Nos supers Héros pas déguisés ne sont pas prêts de s'arrêter. A nôtre plus grand bonheur.


Le deuxième artiste de la soirée, qui compte bien mettre le feu également est Ill Saint M.
Une formation de saxophoniste, musicien dans l'âme, jusqu'au bout du petit orteil, Ill Saint M est ce genre de dj qui t'envoie dans des univers complètement différents. Avec des sources d'inspirations très vague qui peuvent passer aussi bien par la funk que par le punk, cet éclectisme se ressent sur scène.


Remarqué aux Transmusicales de l'année dernière et avec un  Ep qui sortira sur le label Freakz me Out (Label de Cyberpunkers ou encore Tom Deluxx), notre dj français n'a pas finit de faire parler de lui. 


Parlons de ce lieu maintenant.
Le colisé, lieu mythique de la culture cinématographique nantaise, baptisé en 1954. Ce bâtiment, qui a faillit, être réduit en poussière vient de retrouver sa deuxième jeunesse avec cette transformation en bar, bar de nuit.
La jeunesse nantaise en a fait son fief, leur bar de prédilection durant les jeudis soirs mouvementés. Alors que les events electro et les soirées s'enchaînent le vendredi et le samedi.
De nombreux artistes ont passés les portes du Colisée et on réussit à faire pousser leur chansonnette toute la nuit, comme Sound Pellegrino, Dakunt, Stinj ou encore The Phantom's Revenge.
Et cela va continuer avec notamment la venue de Arnaud Rebotini ou encore de Greem, l'un des membres du Quatuor C2C.

Ca se passe donc à Nantes, le 11 novembre de 23h30 à 7h00.
Venez nombreux, remplir vos charmantes oreilles de son dirty et nous accompagner dans ce dancefloor fou.
Pour plus d'informations, Click Ici !

Enjoy !

4.11.11

Hécatombe Des Pyramides






Je sais pas si la sociologie m'inspire ou si le cours est inintéressant mais c'est l'heure de l'hécatombe.
Une playlist propre, nette et précise avec de l'indie, du bootleg et beaucoup d'amour.
Savourez, partagez et tournez ça sur vos bandes sons.



*
*
*
*
*
*
*

*

25.10.11

Hécatombe Des Sapins





On va dire qu'il est temps de refaire une petite playlist, histoire de ramener le soleil sur notre belle planète bleue.
De la chicago, de la tropical, de la house, de la dubstep et tout le monde a décidé d’être heureux.
Pour la fin de cette tracklist, je vous poste une mixtape de Diplo. Idéale pour ambiancer vos soirées si vous avez la flemme de vous lever pour changer.

ENJOY!






20.10.11

Hip hop Battle #4







Back to the 90's.

Ça faisait longtemps qu'on avait pas fait une petite playlist ghetto. Et bien c'est repartit. Avec aujourd'hui des pionniers du genre et quelques clips en accompagnement tant qu'a faire. L'époque mes enfants, l'époque.
Tchek le mic'.

*
*



*
*



*



*


10.10.11

Hécatombe dans les airs






Aujourd'hui, je suis d'humeur aérienne, libre et sans limite. Poète aussi à mes heures perdues. 
Je vais vous parler de trois artistes, que je rode beaucoup en ce moment, dû à cette humeur, à ce temps maussade et à cette froideur d'automne qui nous envahit.

Le premier, est originaire de Los Angeles, patrie de Flying Lotus ou encore de Skrillex. Son nom, Shlohmo
Un beat complètement enivrant, une musicalité à couper le souffle. Des Ep vraiment bien ficelé notamment Places, son dernier en date. Bref je suis tombé vraiment dans quelques choses de magiques, et j'ai pas envie d'en ressortir.


*
*


 Le deuxième, vient aussi des Etats Unis, plus particulièrement du Michigan. Samiyam, à la base spécialisé dans la production de beat Hip Hop, en collaboration aussi avec Flying Lotus [Il est monstrueux aussi, faut dire ce qui est.] avec qui notamment il réalisa FLYandSAM en 2009. Dans la même année, il sort son premier album intitulé "Rap Beats Vol.1" . 
Des beats beaucoup plus poussés, beaucoup plus d'énergie, tout en restant lent mais très impulsif, notamment Bricks, qui est pour moi un chef d'oeuvre mais qui ne dur pas assez longtemps. Pour les amateurs de danse New Style ou autre [Comme moi], c'est un beat parfait.


*

*

Et enfin, la dernière mesure nous vient du pays du soleil levant. Le japonnais Daisuke Tanabe sort son premier album Before I Forget, en 2010 et c'est une vrai claque musicale. Univers chimérique, totalement aérien, entre Hip Hop profond et musique électronique sombre. C'est album est, pour moi, un des plus poussé niveau musical.  Des rythmes fluides, rapides mais très bien cousu.  Bref, comme beaucoup de pépites, vous n'avez pas le droit de passer à côté de cet album, pour le moment, voici trois extraits de cette perle musicale.

*


*




Enjoy It !

7.10.11

Théo Gravil interview








Bon, quand on part faire une scène electro dans la ville natale, on se voit obligé de faire une interview d'un petit jeune de la région. Et comme par hasard, le week-end dernier, y'avait la Fake avec un Théo Gravil chaud bouillant.
Saloperie Anonyme était présent.

Saloperie Anonyme: Bon, Théo, une petite présentation, tu sais que tu vas pas y échapper.

Théo Gravil: (Rires) Alors Théo Gravil, j'ai 20 ans, je suis à la fac en licence d'anglais. J'ai commencé à faire des sets y'a pas si longtemps que ça, sans trop montrer mes prods, pas envie de me griller trop vite, je préfère me griller plus tard (rires) et je suis timide aussi !

S.A: Tes impressions sur la soirée ?

T.G: Cela s'annonce très bien, y'a du monde, les gens sont chauds, c'est parfait pour l'ambiance.  C'est aussi la première soirée de la rentrée donc..

S.A: Première Fake, première soirée hein, tu avais déjà mixé à l'étage ?

T.G: Non c'est ma première fois à l'étage, un super son, un super retour, une superbe ambiance comme je disais, y'a aucun problème la dessus.

S.A: Ça t'embête pas de jouer en ouverture ?

T.G: Non pas du tout, je l'avais déjà fait. Je joue généralement soit en Warm Up, soit en dernier. Pour ce soir je pense que je fais mon boulot, les gens sont arrivés quand j'ai commencé, voire un peu après et se sont mis à danser direct. Je pense avoir fait ce que j'avais à faire.

S.A: Donc tu nous disais que tu es actuellement en licence d'anglais, gérer les deux à la fois, tu t'en sors ?

T.G: Y'a un parallèle à gérer c'est clair, mais non faut rester lucide, on arrive à s'en sortir.

S.A: Donc garder les pieds sur terre n'est pas un problème

T.G: Non, il n'y a aucun problème, c'est sûr que c'est dur à gérer mais non il y a pas de problèmes.

S.A: Le nom Gravil.

T.G: Le nom Gravil est un peu connu c'est sûr, mon père a été signé sur le label F Communication en 1994, donc le label de Laurent Garnier et Eric Morand, mais peu de gens connaissent ce nom. (Le père de Théo, Michel Gravil, actuellement professeur de philosophie, est un des membres du groupe Nova Nova.). Je l'ai utilisé, non pas pour me servir du nom et de la notoriété de mon père, mais parce que je ne voulais prendre un pseudonyme en anglais ou quoi que ce soit.

S.A: Donc ne pas choisir de nom de scène, c'est un choix.

T.G: Totalement, c'est vraiment un choix, je voulais pas du tout de nom de scène.

S.A: Si tu devais définir ton son, qu'est-ce que tu pourrais nous dire ?

T.G: Je n'aime pas trop mettre d'étiquettes en fait, mais je reste quand même assez ouvert. J'aime bien mélanger la disco avec la techno puisque c'est quand même deux musiques qui se ressemblent. Cela dit, je ne considère pas que ces deux courants musicaux soit la base de la musique électronique. La musique électronique est un genre totalement à part, un genre légitime. Le disco sert généralement à réchauffer mon esthétique musicale qui est froide la plupart du temps.

S.A: Tes inspirations.

T.G: Moi, personnellement, le groupe qui m'a mis une vrai claque musicalement parlant, c'est le groupe Optymo, un duo de Glasgow. C'est eux qui m'ont donnés envie parce qu'ils arrivent à créer une ambiance, un juste milieu entre justement la froideur de la techno et la chaleur du disco.




S.A: Tes débuts, comment se sont-ils passés.

T.G: J'habite à la campagne avec mes parents et du coup pour le moment j'avais pas d'autres optiques que de me montrer dans les bars du coin. Jusqu'au jour où un pion de mon lycée me dit que je vais jouer dans un petit festival, sans prétention, à la campagne et donc à ce fameux festival, il y avait les personnes de Fake, notamment Ismaël, qui me prend en charge maintenant. Entre temps j'avais envoyé une démo à Ismaël et à Jean Louis Brossard, qui en ont parlés mutuellement après. Un jour, ils m'ont dit que je jouais à l'ubu et que si je faisais bien mon truc à l'ubu, je jouerais à la Green Room lors de son année d'instauration aux Transmusicales. Donc au final on peut dire que ça c'est fait un peu au culot avec l'envoi des démos. 

S.A: Je pense que ton père a quand même été un exemple, il te traînait dans des soirées ou festivals ?

T.G: Oui, c'est vrai que mon père a quand même été un exemple pour moi. Effectivement, il m'emmenait dans des soirées, pour vous dire, l'année où j'ai fait mes premières Transmusicales, je n'étais qu'en cinquième. D'ailleurs pour l'anecdote, j'ai dû rentrer plus tôt parce que des gens fumaient des substances à côté de moi (Rires).  Et puis tout cela ça été une des choses qui m'ont données envie, de voir les gens en live et puis y'avait que ça à la maison aussi. (Rires)

S.A: Un petit mot pour la fin.

T.G: J'espère que cette année, il y aura de belles scènes et de bons festivals qui vont me permettre de jouer afin de proposer un live riche en matière analogique. Je pense qu'il faut apporter cette chaleur analogique d'autrefois, on est tombé dans une ère numérique qui fait que les gens ont le même son; Redonner cette touche analogique ne nous ferait pas de mal.
Je vous remercie également pour ce temps passé avec vous, c'était vraiment cool.

S.A: C'est nous qui te remercions, bonne continuation Théo.


1.10.11

Marble Summer EP









Bon premièrement je pense que je vais pas vous présenter les trois dj's cachés sous ce nom, et oui car ce collectif réunit quand même de la bombe.
Surkin, Para One et Bobmo se sont associés de nouveau afin de sortir Marble Summer !

Après Marble Anthem, les voici de retour, avec ce petit dernier fraîchement sortit.
Je vous laisse savourer ce petit Ep, enfin au final je sais même pas si ça sortira en Ep. Je m'avance sûrement. Des sonorités très sunlight et une écoute vraiment agréable.

Let the music play !







28.9.11

Hécatombe du j'ai envie




Bref aujourd'hui, sortit de cours, bien obligé de se détendre avec un peu de son, ça fait pas de mal. Une petite playlist pour vous, offerte par la maison, cadeau, c'est free prenez les enfants c'est ma tournée, en attendant la petite interview qui va tomber.


Enjoy it !

*
*
*
*
*
*
*
*




Enfin pour finir, j'aimerais vous présentez le dernier Ep du petit de chez Highlife records. Mac Manus avec son Ep intitulé Love Will Save The Day. Sincèrement, écoutez le, ça fait du bien aux tympans !
Et pour faire un petit tour chez Highlife c'est par .


 


13.9.11

Worldless





Je pense qu'aujourd'hui, nous avons perdu un des plus grand compositeur et producteur de la scène française..
Une bien triste nouvelle en ce 13 septembre 2011.

De son vrai nom Medhi Favéris-Essadi, né à Gennevilliers dans les Hauts-De-Seine (ville de 

Ramzy Bédia ou encore de Roschdy Zem), Dj Medhi fut tout d'abord dj du groupe Different Teep, qui est l'ancien groupe de Manu Key et Mista flow en l’occurrence et également le producteur attitré de 113.




 



Il signe après, en 2006, avec son pote Pedro Winter chez Ed Banger. Il sort donc Lucky Boy dans la foulé sur ce dernier, qui nous fera découvrir de nombreux titres devenus classique de notre ami Mehdi. Comme I am Somebody, Signature ou encore Lucky Boy, qui ne sont que des arguments de plus pour démontrer l’immensité du talent du Dj d'Ed Banger.
Avec Justice, Cassius et Busy P, ils décident de former le groupe Club 75 pour l'anecdote !

Il sortit une deuxième mixtape sous Ed qui s'intitule Black, Black & Black.

En 2010 vient l'association avec pote Riton, avec qui, il forme le groupe Carte blanche destiné à rendre hommage au pionniers du métier. Avec notamment le titre Gare Du Nord, qui m'a fait littéralement bouger mon body.

Bref, Dj Mehdi laisse derrière lui ses amis, ses fans, sa femme (Fafi, graffeuse et artiste de Toulouse.) avec qui, il a eut un enfant.
La musique est en deuil et c'est sincèrement compréhensible.

Rest In Peace Mehdi Favéris-Essadi.

1977-2011